01 février 2008

Un article où je parle de l'ABF

Distinguons : l'Association des Bibliothécaires de France c'est à la fois
  • Une institution qui a accompagné toutes les étapes historiques des bibliothèques françaises depuis 1906
  • Quelques membres très actifs (déplorant parfois le manque de participation des autres membres)
  • 2300 adhérents (pyramide démographique, enquête régionale)
Or, si j'en crois le Groupe Midi-Pyrénées, laNote d'information ABF 104, le Groupe Poitou Charente Limousin, et tout ça à l'aide du fil RSS du site ABF (merci Laurent) http://www.abf.asso.fr/backend.php3 :
Alors que le nombre de bibliothécaires augmente, le nombre d'adhérents se tasse sévèrement. Peut-être en partie à cause de la nouvelle possibilité d'adhésion collective. Sans doute aussi à cause du changement de génération, et des changements et attentes liés au métier même de bibliothécaire.

1996 : 2346

2003 : 2742
2004 : 2732
2005 : 2757
2006 : 2724
2007 : 2318

A moins d'être membre d'un CA régional ou d'un groupe thématique, que peut faire un membre actuel de l'ABF ?
Il peut voter :
* Au congrès national annuel, ou en s'y faisant représenter (sachant qu'on ne connaît pas à l'avance l'objet des votes).
Il peut s'exprimer :
* En publiant un article dans le bimestriel Bibliothèque(s).
* En intervenant oralement lors d'Assemblées générales ou Journées d'études
Il peut profiter du travail des membres actifs :
* formation ABF pour les C, Journées d'études, Publications et Communiqués.
Bref il y a un cercle pernicieux : peu de membres participent -> les membres actifs dirigent les actions -> les autres ne veulent pas, ou voient pas comment s'impliquer.

A mon sens le problème serait donc de rendre possibles et efficientes les participations ponctuelles.

Donc, si par hasard d'autres membres de l'ABF zonaient sur mon blog, auraient-ils un avis sur ces autres options ?
* Utiliser internet pour l'expression et la communication entre membres. Transparence.
* Utiliser internet pour évaluer les opinions des adhérents : sondages en ligne. (Je n'ose même pas envisager une procédure de vote électronique.).
* Développer un accueil des jeunes membres : les aider dans la recherche d'emploi, les relations professionnelles, les questions techniques.
* Pouvoir développer des groupes projets par objectifs. Lancer des appels à contributions, solliciter les étudiants IUT et Enssib, financer des projets extérieurs.
* Produire des outils professionnels pratiques. (par exemple : Veilles thématiques, développement d'un logiciel de planning depuis longtemps demandé).
* Faciliter la recension et l'évaluation des différents choix bibliothéconomiques, plutôt que de simplement en débattre.

Ou sinon : répéter qu'il faut adhérer à l'ABF parce que c'est très important de soutenir nos valeurs et les motions du bureau national.

8 commentaires:

Xavier Galaup a dit…

En soutenant le Bibliolab (http://www.xaviergalaup.fr/blog/2007/11/17/bibliolab-un-espace-dexperimentation-pour-bibliothecaire-et-bibliotheque/), l'ABF s'engage un peu dans une des pistes que tu évoques: la mise à disposition d'outils, ici pour le web 2.0.

Sur le fond, je suis d'accord avec toi. Il faut trouver un moyen d'impliquer davantage les membres d'une association. Pas simple!

Bruit et chuchotements a dit…

Les Médiathèmes sont également des outils très pratiques (notamment le Memento du bibliothécaire).

Yvonnic a dit…

Peut-être un hiatus entre deux assertions dans le meme billet ? :

1)Le nombre d'adhérents se tasse sévèrement.(...) Sans doute aussi à cause du changement de génération, et des changements et attentes liés au métier même de bibliothécaire.

2)C'est très important de soutenir nos valeurs et les motions du bureau national.

Quelles valeurs communes puisque les attentes, les generations et le "métier mème " ont changé ?

De nouvelles valeurs ont-elles été identifiées, une nouvelle définition du métier est-elle en place ?

Yvonnic a dit…

Texte ABF :

"Les adhésions ABF.
L’ABF comptait au 1er octobre 2007, 2318 adhérents, soit une baisse de 359 adhésions qui n’est pas compensée par la hausse des adhésions de collectivités.
15 % et non plus 25% du montant des cotisations seraient reversé aux groupes régionaux.
Il est vrai que nous avons parfois du mal à recruter de nouveaux adhérents, peut-être pourrions-nous nous tourner un peu plus vers nos collègues des bibliothèques universitaires ?
Même s’il nous faut admettre qu’ils ne sont pas très présents lors de nos manifestations (conférences, débats, etc.)... Toujours est-il qu’il nous faut avoir une attitude "active" lors de nos rencontres avec des collègues non adhérents, en entamant aussi bien discussions individuelles que distribution de plaquettes de présentation de l’ABF.
De son côté, Dominique Arot (président de l’ABF et directeur de la Bibliothèque municipale de Lille) va envoyer un courrier pour inciter des collègues, directeurs de bibliothèques notamment, à adhérer à notre association."

Quand on commence à vouloir ratisser large au lieu de se remettre en question....

Bruit et chuchotements a dit…

Le problème c'est peut-être aussi que l'association n'est pas assez tournée vers les usagers. Elle parle des publics, sans parler aux publics. On pourrait imaginer l'ABF lançant une enquête auprès des usagers : "Qu'attendez-vous de votre bibliothèque ? Qu'y trouvez-vous de positif?".

Mais ces actions nationales sont difficiles à lancer.

Yvonnic a dit…

Est-il possible d'avoir une idée du nombre de contractuels, vacataires et autres précaires qui adhèrent à l'ABF ?

Bruit et chuchotements a dit…

> oui avec l'enquête réalisée par le groupe Abf Rhône Alpes en 2007

http://abfrhonealpes.midiblogs.com/archive/2008/01/02/resultats-de-l-enquete-aupres-des-adherents.html

Bruit et chuchotements a dit…

mise à jour : d'après le bulletin de l'ABF de mai 2008, au 31 déc 2007 il y a 2376 adhésions

...